facebook twitter instagram youtube RSS

Kawagoe-matsuri, un point de rencontre entre le passé, le présent et le futur

Voyage

ReleaseDecember 18, 2019

Kawagoe-matsuri, un point de rencontre entre le passé, le présent et le futur


Les origines et l’histoire du festival de Kawagoe

Un festival de style urbain avec plus de 370 ans d’histoire qui préserve les traditions de l’époque d’Edo, en réunissant des gens de tous âges

Nous avons appris les clés pour profiter davantage du festival grâce à des experts locaux

Experts locaux : M. Isamu Yazawa, expert des chars dashi et du festival, M. Jiro Utsugi, chef de l’Association de hayashi de la ville de Kawagoe

À l’époque d’Edo, de nombreux grands festivals avaient lieu à Edo (ancien nom de Tokyo). Ceux-ci servaient à unifier l’esprit du peuple, en empruntant à cette fin le « pouvoir des dieux ». Les festivals jouaient donc un rôle important dans la politique, en créant des organisations autonomes dans les communautés locales.
Un festival est également un point de rencontre entre le passé, le présent et le futur. Nous qui participons aujourd’hui au festival, nous devons être reconnaissants envers nos aînés et nos ancêtres qui nous ont précédés. Nous devons également réfléchir à la manière de développer le festival actuel et de transmettre ce patrimoine aux générations suivantes. Nous valorisons le passé invisible mais vital, et le transmettons au futur. C’est la puissance du festival, et pourquoi nous préservons cet événement important.
Kawagoe était une ville où les tendances d’Edo ont été introduites « en temps réel », et où encore aujourd’hui vous pouvez ressentir l’atmosphère d’Edo. Nous espérons que vous apprécierez l’ambiance particulière de cette ville lors du festival.


Le défilé de chars du festival Hikawa de Kawagoe est un événement traditionnel organisé chaque année à Kawagoe, une ville de la préfecture de Saitama au Japon. Ce festival a plus de 370 ans et fait partie des festivals du style d’Edo.
Le festival de Kawagoe conserve toujours les caractéristiques des festivals Tenka, qui ne peuvent plus être vus dans le Tokyo actuel, et rappelle l’atmosphère d’Edo à travers tout ce que vous voyez et entendez.
Le point culminant est le défilé des dashi, des chars d’environ huit mètres de haut qui sont décorés de couleurs vives et portent des poupées grandeur nature au sommet. Un groupe de musiciens appelé hayashikata monte sur les chars et joue de la musique traditionnelle. Pendant le festival, les chars s’affrontent également dans des joutes musicales spectaculaires.
Mais pourquoi les dashi d’Edo ont-ils disparu de Tokyo, et quelles sont les origines du festival de Kawagoe ?

Le sanctuaire Hikawa-jinja : l’origine et la naissance du festival de Kawagoe

C’est au sanctuaire Hikawa-jinja de Kawagoe, un sanctuaire shinto fondé il y a environ 1 500 ans, que commence l’histoire du festival de Kawagoe. Comme la plupart des sanctuaires japonais, il organise un rituel annuel appelé Reitaisai le 14 octobre de chaque année. En 1648, le seigneur du château de Kawagoe, Nobutsuna Matsudaira, ordonna qu’un festival soit organisé, faisant don d’un mikoshi (sanctuaire portable utilisé pendant les festivals) et d’autres instruments rituels au sanctuaire, afin d’aider à stimuler l’économie locale.

Sanctuaire Hikawa-jinja

Trois ans plus tard, sur ordre de Nobutsuna Matsudaira lui-même, le sanctuaire a commencé à organiser un événement appelé Jinkosai. Pendant le Jinkosai, le sanctuaire portable était transporté dans les quartiers qui entourent le sanctuaire, suivi d’une magnifique procession des dirigeants locaux. C’est l’ancêtre du défilé de chars du festival Hikawa de Kawagoe.

Représentations de l’ancien festival Hikawa

L’influence d’Edo et l’évolution en un festival Tenka

À la même époque, Kawagoe florissait grâce au développement de la ville-château avec ses marchands et ses artisans prospères. Kawagoe fournissait divers produits à Edo, une grande zone de consommation, et en retour absorbait les nouvelles cultures et technologies de cette ville en pleine croissance grâce au transport par bateau sur la rivière Shingashi. On dit que, si vous voulez mieux connaître Edo, il faut visiter Kawagoe, car de nombreux bâtiments construits pendant et après l’époque d’Edo bordent toujours les rues de la ville.

Bâtiments de style Edo à Kawagoe

Deux grands festivals officiellement approuvés par le shogunat d’Edo avaient lieu à Edo : le festival Sanno du sanctuaire Hie-jinja à Akasaka et le festival Kanda du sanctuaire Kanda-myojin à Kanda. Le shogun Tokugawa, appelé Tenkabito durant l’époque d’Edo, soutenait ces festivals et les organisait même à l’intérieur de l’enceinte du château. De là, ils ont pris le nom de « festivals Tenka ».
En 1826, des chars dashi influencés par ces festivals furent également introduits au festival de Kawagoe. Environ vingt ans plus tard, le style des chars est uniformisé en un type de char avec un seul pilier et de grandes poupées placées au sommet. Chacun des dix quartiers de Kawagoe possédait un char distinctif et l’on peut voir des représentations des grands défilés sur les rouleaux illustrés datant de cette époque.

Les festivals Tenka d’Edo ont également commencé à introduire les hayashi, qui se composent de cinq musiciens, dont un flûtiste et un tambour, et les Edo-bayashi, qui accompagnent les danses légères. Influencé par Edo, le festival de Kawagoe a également introduit des représentations d’Edo-bayashi.

Des habitants de Kawagoe pratiquant le hayashi

Les chars dashi de style Edo ont continué à évoluer, adoptant plus tard le somptueux style à deux étages que nous pouvons voir aujourd’hui.

L’ère Meiji et la disparition des festivals Tenka

Avec le passage de l’époque d’Edo à l’ère Meiji (1868-1912), les choses ont commencé à changer à Tokyo. Des lignes électriques ont été installées dans les rues et ont rendu difficile le passage de ces grands chars. De plus, avec l’orientation politique nouvelle et différente du gouvernement Meiji, les festivals Tenka que le shogunat des Tokugawa avait lancés et soutenus ont progressivement disparu des rues de Tokyo. D’autre part, le festival de Kawagoe a continué à prospérer et à se développer, introduisant de nouveaux éléments tels que les scènes tournantes, qui sont un spectacle passionnant durant lequel la partie supérieure du char se met à tournoyer. Chéri et préservé par les habitants de Kawagoe, ce festival a permis de transmettre la splendeur des festivals Tenka jusqu’à notre époque.

Le festival de Kawagoe aujourd’hui

Afin de préserver la culture traditionnelle des festivals Tenka, en 2005, le festival de Kawagoe a été désigné bien culturel folklorique intangible du Japon. En 2016, il a été inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.
De nos jours, le festival de Kawagoe a lieu le troisième samedi et dimanche d’octobre. Il dispose désormais de 29 chars dashi qui représentent différents quartiers. L’événement de deux jours comprend le défilé de nuit Yoiyama, la parade de dashi et le Hikkawase, ainsi que la procession Jinkosai du sanctuaire Hikawa-jinja qui est à l’origine de la parade de dashi.

Les 29 chars dashi participant actuellement au festival de Kawagoe

Le festival de Kawagoe est un événement traditionnel auquel petits et grands, hommes et femmes, tout le monde peut participer. Cette célébration rassemble les gens dans la joie, connectant le passé, le présent et le futur.

En apprendre plus sur le festival de Kawagoe au musée du festival de Kawagoe

Situé dans une rue bordée de bâtiments de style kura-zukuri (anciens entrepôts), le musée du festival de Kawagoe présente un contenu visuel détaillé sur l’histoire du festival. Le hall d’exposition principal abrite deux chars originaux réellement utilisés dans le cadre du festival et un char en cours de construction. Au musée, vous pouvez admirer de près les détails de ces structures élaborées.

Le musée du festival de Kawagoe

L’exposition présente également des rouleaux et des objets anciens qui documentent l’histoire et l’évolution du festival, des échantillons sonores de musique hayashi, et des informations détaillées sur le déroulement de l’événement. Si vous souhaitez améliorer votre compréhension du festival, c’est l’endroit idéal à visiter.

À propos de Kawagoe

Kawagoe est une ville de la préfecture de Saitama, située au nord-ouest de Tokyo. À partir de l’époque d’Edo, Kawagoe est devenu une ville importante et un centre logistique qui fournissait divers produits à Edo (l’actuel Tokyo). Les marchandises étaient conservées dans des entrepôts ignifuges appelés kura (蔵). Beaucoup de ces bâtiments sont encore utilisés par les commerçants et peuvent être vus à Kawagoe aujourd’hui, ce qui confère à Kawagoe l’image d’une ville de l’époque d’Edo. Ceci a d’ailleurs valu à la ville le surnom de « Koedo » (« Petite Edo »).

Le quartier de kura-zukuri

L’attraction principale de Kawagoe est le quartier de kura-zukuri, où se trouvent la plupart des bâtiments traditionnels ainsi que le célèbre clocher Toki no Kane (cloche du temps), considéré comme l’un des symboles de Kawagoe.

Toki no Kane

Les anciens bâtiments du quartier de kura-zukuri ont été préservés et abritent désormais des magasins, des cafés, des musées et d’autres établissements. Les visiteurs peuvent y acheter des objets d’artisanat traditionnel et déguster de nombreuses spécialités locales comme l’anguille et la patate douce, ainsi que goûter à la bière artisanale et au saké local. Un autre endroit populaire est la rue Kashiya Yokocho, ou « rue des bonbons », une ruelle latérale avec une ambiance rétro bordée de vendeurs de collations et de sucreries japonaises.

La rue Kashiya Yokocho

Se promener dans les rues de Kawagoe, c’est comme traverser différentes époques de l’histoire du Japon. Outre les vieux bâtiments de style entrepôt qui rappellent l’époque d’Edo, on trouve également à Kawagoe d’autres bâtiments des ères Meiji (1868 – 1912), Taisho (1912 – 1926) et Showa (1926 – 1989).

La rue Taisho-roman-yume-dori se compose de bâtiments de l’ère Taisho

Kawagoe est également connu pour ses nombreux sanctuaires et temples. Parmi eux, le temple Kita-in est particulièrement célèbre pour abriter les vestiges de l’ancien château d’Edo, ainsi que 540 statues en pierre des disciples de Bouddha, qui sont appelées les « 500 statues de Rakan ».

Message de notre reporter

En écoutant l’histoire de la population locale pour qui le festival est l’occasion de valoriser le passé invisible et de transmettre cet héritage aux générations suivantes, j’ai senti que c’était la même chose dans notre vie quotidienne. Étonnamment, le nombre de chars augmente d’année en année et la taille du festival ne cesse de croître. Il a été conservé depuis l’époque d’Edo et continue de se développer encore aujourd’hui. Je trouve cela fantastique !
Je trouve aussi que, plus vous en apprenez sur l’histoire de ce magnifique festival, plus vous pouvez en profiter !